Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Cascail Laurence

Le SNICS était représenté par Evelyne DORVAUX, Martine DOUHET et Laurence CASCAIL


 

Outre Mme BEJEAN, Rectrice de l’académie, étaient présents pour l’administration :

M. LAURENT DRH, M. ROY Secrétaire Général, Léone JUNG ICTR, Pascale LEGRAND MCTR.

Nous pouvons vous dire que cette audience s’est déroulée dans une ambiance sereine, cordiale et que nous avons vraiment l’impression d’avoir été écoutées et entendues.

Après les présentations et les remerciements, en particulier à M. Laurent pour la mise en place du GT sur la répartition des postes, nous avons pu exposer les raisons de notre venue.

Nous avons fait un rappel des textes publiés en novembre 2015 et redit notre opposition au Plan Académique de Santé tel qu’il a été écrit en septembre 2015 en total contradiction avec les textes des missions. Ce P.A.S, non conforme aux textes, entraine des ambiguïtés qui se traduisent sur le terrain par un malaise pour certaines de nos collègues.

Martine et Evelyne ont décrit leur travail quotidien, elles ont pu dresser une liste non exhaustive de nos missions quelques soient les lieux ou secteurs d’exercice. Elles ont pu insister sur toutes les demandes d’intervention, réunions, formations etc … qui se rajoutent de plus en plus. Nous avons, bien sûr, abordé le sujet des Visites Médicales des 6 ans transformées en Bilan de Santé et insisté sur le temps que nous devrions y passer au détriment des autres élèves du primaire et du collège. Surtout, ce bilan ne répond pas à l’objectif de cette visite médicale qui est le dépistage des troubles des apprentissages et du développement psychomoteur.

Nous voulions vraiment défendre notre place et notre temps auprès de tous les élèves et des équipes éducatives. L’accueil, l’écoute la prévention individuelle et collective doivent rester le cœur de notre métier en particulier auprès des élèves les plus en difficultés.

Mme la Rectrice résume notre intervention en 3 points :

1) les moyens : elle confirme que, suite au dialogue avec le ministère, 4 postes d’IDE et 3 postes d’AS sont créés sur l’académie pour la rentrée 2017.

2) l’organisation : problème de gestion du temps et priorisation des tâches pour les infirmières.

3)Le règlement : elle demande l’intervention de M. Laurent qui confirme que le rectorat a la même vision des textes que celle du SNICS ,qu’effectivement les médecins doivent réaliser les VMA et que l’infirmière faisant partie de l’équipe , s’inscrit dans un rôle collaboratif avec les autres personnels et ce dès la GS.

Mme JUNG affirme par deux fois, la place de l’IDE et ce le plus précocement possible, mais pas pour faire du 100 % des GS. Ses actions s’adressent, non à des niveaux de classes, (sauf pour le dépistage des 12 ans) mais en priorité aux élèves le plus en besoin. « On n’est pas dans une logique du systématique ». Elle valorise la consultation infirmière et nos compétences dans l ‘organisation du suivi à la demande des équipes, des parents, des collaborateurs. Elle nous invite à revenir sur nos pratiques professionnelles. Elle souhaite que nous soyons force de proposition à travers notre travail dans les pôles et les districts.

Le Dr LEGRAND rappelle que le P.A.S a été élaboré suite aux différentes enquêtes préconisant ainsi le suivi le plus tôt possible des publics les plus fragiles.

Mme la Rectrice rappelle que le travail doit se faire aussi sur le Parcours Educatif de Santé, elle annonce la mise en place d’un groupe de pilotage, cette année sera une année de sensibilisation et sa mise en place se fera sur deux ans. Les infirmières ont un grand rôle à jouer dans la prévention.

Nous reprenons la parole pour dire que la mise en place du P.E.S doit désormais être un outil d’harmonisation et sur lequel nous pouvons enfin travailler. Nos collègues, non concernées par le primaire en poste en collège ou en lycée, vont enfin trouver leur place dans la mise en œuvre de nos nouvelles missions.

De même concernant le suivi des VMA, il faudrait penser à un outil qui permettrait de s’assurer que l’enfant a bénéficié d’une consultation médicale et d’harmoniser le suivi (certificat présenté lors de l’inscription à l’école ?).

De même pour faciliter l’organisation de notre suivi infirmier il semble nécessaire que les parents puissent être informés en début d’année que l’infirmière est susceptible de proposer une consultation à leur enfant si le besoin s’en ressent (demande de l’enseignant par exemple). Cela légitimerait nos interventions.

M.ROY s’interroge sur la possibilité de faire effectuer cette visite des 6 ans par le médecin traitant. Le Dr Legrand affirme que les textes le permettent mais il y a un flou quant à la prise en charge du coût de la consultation.

Nous évoquons que dans certaines académies les ARS ont mis en place des formations aux dépistages spécifiques pour les médecins traitants. Mme la Rectrice prend note, c’est une piste qu’elle dit pouvoir évoquer lors de la prochaine élaboration de l’accord cadre entre l’ARS et les trois académies.

Pour conclure : nous sommes satisfaites de cette entrevue, le dialogue avec l’administration est renoué et notre engagement semble avoir été apprécié. Bien sûr, nous nous tiendrons informées de l’avancée des dossiers évoqués.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article